Ais-je droit moi aussi au bonheur ?

5 Février 2013 , Rédigé par Michel POULAERT Publié dans #Articles bien être

« Le succès n’est pas un but, mais un moyen de viser plus haut. »
Pierre de Coubertin

photo-1124736-M.jpgIl nous arrive à tous, sans exception, de nous arrêter un instant (et parfois plus qu’un instant d'ailleurs) pour faire une auto évaluation. "On fait le point" dit-on d'ailleurs.
 
Vous vous reconnaîtrez probablement dans ce genre de réflexions :

Suis-je la personne que je pense être ?

 
Est-ce que ma vie correspond vraiment à mes valeurs, à ce que j’ai toujours voulu ?

 
Pourquoi, bon sang, je n’arrive pas à tenir les objectifs que je me suis fixé(e) ?


Suis-je moins capable que les autres ?


Ils y arrivent, eux ! Pourquoi pas moi ???


Pourquoi le sort semble s’acharner sur moi ?


N’ais-je pas droit au bonheur, comme tout le monde ?

Pour commencer, j'aime remettre les choses à leur juste place :  Tout le monde à droit au bonheur et personne ne naît pour lamentablement échouer ! Cela n’ex-is-te pas ! Soyez-en absolument certain(e) !

Penser que vous n’êtes pas fait(e) pour le bonheur est une idée fausse et paralysante !


Vous pourriez répondre :

« Pourtant, tous les problèmes que j’ai dû subir (que je subis), je les ai bien vécus ! ».
Oh oui bien entendu, je n’en doute pas une seconde !

Nous n’allons pas développer ce qui engendre les problèmes. Il existe des milliers de raisons et de causes. En revanche, le temps que l’on passe à essayer de comprendre le « pourquoi » d'un problème (dont nous n'avons pas de réponse dans la plupart des cas, donc on se torture pour n'avoir aucun résultat), nous ne le passons pas à essayer de développer de la créativité pour le résoudre. Une fois cette énergie épuisée, nous ne pouvons plus l’utiliser pour surmonter cette « adversité ».

La réussite dans toutes les batailles ne réside pas dans le « pourquoi », mais dans le « comment ».
C’est une question d’attitude face aux problèmes. 
Soit dit en passant, tout le monde est touché par les contrariétés de la vie. Il est temps d'arrêter de penser que les uns ont plus de problèmes que d'autres. C'est juste que "les autres" traitent ces problèmes différemment que vous.

 

Restons-nous fixé sur ce qui rend malheureux ou cherchons-nous une opportunité de grandir au travers d’un nouveau défi et une leçon de vie à prendre ?
Oui, c’est vrai, certains « défis » sont plus coriaces que d’autres. Néanmoins, l’attitude face à ces défis fait toute la différence entre vous sentir accablé ou vous gonfler d'énergie positive, d'espoir et de vision qui vont vous propulser vers une issue favorable. Cette énergie positive mobilise nos sens et stimule notre attention vers ce qui va tirer vers le haut ou aider à résoudre la difficulté.

Ne vous-est-il jamais arrivé de rester admiratif face à certaines personnes qui semblent toujours sortir vainqueurs de leur misère ? Aaaah ces fameux optimistes ! Sont-ils plus capables que vous ? Ont-ils plus de ressources que vous ? Sont-ils plus gâtées par le sort que vous ou sont-ils avantagés par des talents qui vous semblent inaccessibles ?
Sans hésiter je vous affirme : non !

Les facteurs qui animent ces gens ne sont pas dans leurs « ressources » mais dans leur façon de réagir face à l’épreuve, leur « créativité » pour la combattre est leur arme la plus puissante. C'est ça leur ressource !
Elles se concentrent sur les possibilités, les issues à une expérience compliquée. Elles ne subissent pas leur vie en spectateurs mais la vivent en acteurs. Ils ne cherchent pas à trouver des coupables ou des excuses. Ils cherchent la solution en eux. Et ils ont raison !

La question juste n’est pas si « vous pouvez », mais si « vous voulez ».
Ne pensez pas « je devrais », mais « je dois ». Cette nuance à toute son importante dans le pouvoir de l’inconscient sur les actions !

Parmi toutes les possibilités qui poussent vers une action positive, l’une d’entre-elles réside dans un rehaussement de vos valeurs. Elles doivent être plus élevées que celles d’aujourd’hui. Ne vous contentez pas du peu qui vous anime ! Vous pouvez tellement mieux ! Vous valez tellement mieux !

Lorsqu’un jeune basketteur apprend à jouer au basket, il doit s’entraîner à viser la ligne tracée sur le panneau.
Le panier fait 45 centimètres de diamètre et se trouve à près de 3 mètres de hauteur.
L’entraînement c'est de la pratique, encore et encore. Et s’il n’y arrive pas, est-ce un signe qu’il n’est pas capable de réussir ?

Bien entendu, les 3 mètres lui semblent bien haut et les 45 centimètres très étroits. Ce serait tellement plus agréable de baisser ce fichu panier à une hauteur plus acceptable et d’en augmenter par la même occasion le diamètre !
Mais il ne sera jamais un champion… Son raisonnement n’est pas le bon.

Ce n’est pas le panier qu’il faut baisser. Ce sont ses valeurs qu’il faut élever : celles de l’entrainement et de la persévérance. Son attitude fait toute la différence et non pas les règles du jeu parce qu’elles ne lui conviennent pas…

Il en est de même pour la vie. Ne nous contentons pas de moins bien. Cherchons toujours à élever nos valeurs et notre vision des choses. Avec patience et persévérance, nous pouvons tous y arriver ! Personne ne naît pour échouer ! Si vous le pensez, enlevez cette idée de votre esprit !

La vie est tellement plus fructueuse et pleine de sens lorsque nous la prenons avec créativité !

La réalité, c’est entre autres accepter la personne que vous êtes avec son potentiel extraordinaire !

La vie devient alors, comme par enchantement, un régal, une joie, un défi qui vous fera grandir en sagesse, amour, connaissance, confiance en vous et aux autres.

Oui ! Vous êtes né(e) pour réussir et profiter de la vie dont vous êtes l’acteur principal ! Vous vivez pour connaître la joie. Le bonheur est entre vos mains : il existe !
C’est vous qui le créez, vous verrez, votre vie changera le jour où vous en prendrez conscience !

Belle journée positive à vous !

Votre serviteur dans l'optimisme,

Michel POULAERT.

Je vous propose de (re)lire l'article intitulé "La vie est comme un voilier : je maintiens mon cap !" ici 

Partager cet article

Commenter cet article