Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Source d'Optimisme

Je me sens toujours visé, ça me pourri la vie !

21 Janvier 2015 , Rédigé par Michel POULAERT Publié dans #Articles bien être

Huitre.jpg« Il y a des gens qui ont la susceptibilité de l’huître. On ne peut y toucher sans qu’ils se contractent. »

Paul-Jean Toulet


Ne vous est-il  jamais arrivé de vous sentir mal à l’aise ou d’arriver au mauvais moment lorsque deux personnes s’arrêtent de parler en vous voyant arriver ?

En général, vous en déduisez que la conversation ne vous concerne pas, vous décidez alors de passer votre chemin, ou alors vous vous la jouez « incruste » parce que vous brûlez d’envie de savoir de quoi ils parlaient, ou encore… pire : on vous cache quelque chose. Vous êtes convaincu qu’elles parlaient de vous et en mal, bien entendu !

Aïe ! Et là, ça fait mal ! Vous vous sentez visé : vous êtes convaincu que l’on parlait de vous !

Faites-vous partie de ces gens qui se sentent toujours visés ?

A chaque conversation interrompue, a chaque regard « noir », vous êtes convaincu qu’il est pour vous ?

Les blagues vous les ressentez comme ironique, ou les intonations semblent confirmer une critique… ?

Votre histoire personnelle et cadre de référence a probablement créé en vous cette croyance profondément ancrée bien ennuyeuse. Peut-être étiez-vous l’élève rejeté à l’école, ou encore particulièrement dénigré par vos parents, vos proches, votre conjoint,… Peut-être avez-vous peur de ne pas être à la hauteur et cette crainte se transforme en phobie destructrice pour votre âme. Vous ne vous permettez aucune erreur. Vous vous sentez incompris(e), lésé(e),  remis(e) en cause, victime de commérages, exclu(e), au centre de toutes les conversations négatives de votre entourage familial ou professionnel, ou de l’indifférence des autres à votre égard,…

Vous vous pourrissez la vie à vous demander ce que les autres peuvent bien penser de vous ?

Alors, voici ce que je vous propose :

Tout d’abord, apprenez à « désapprendre ».

Désapprenez à systématiquement partir du principe que le monde entier ne vous veut que du mal. Pensez-vous vraiment que votre entourage n’a qu’un sujet de conversation : « vous » ?
Elargissez votre vision, ils ont probablement beaucoup d’autres sujets de conversation. Tout compte fait, le monde ne tourne pas autour de vous, non ?

Peut-être qu’ils ne parlent que de choses confidentielles, cela ne vous concerne donc pas. Vous ne connaissez pas tous les éléments de cette conversation dans laquelle vous surgissez soudainement.

Acceptez la sincérité de l’autre même si cela ne vous paraît pas sincère. Prenez-le au mot et prenez le risque de le croire. C'est sa responsabilité, prenez ses dires pour argent comptant. Prenez les compliments tels quels sans vous poser la question s’il est sincère ou pas. Ne vous compliquez pas la vie. Ne devenez pas susceptible à ce point de vous imaginer savoir mieux que l’autre ce qu’il pense. Pouvez-vous lire dans ses pensées ?

Qu’est ce qui ne prouve pas que c’est peut-être vous qui vous « faites un film » ?

Prenez un peu de recul. Ayez le courage de demander à la personne si ce que vous avez ressenti est correct et acceptez sa réponse sincèrement. Faites-le sans être dans la défensive. Laissez le bénéfice du doute à l'autre. Le monde entier n’est pas contre vous et tout le monde n’est pas menteur ni hypocrite.

N’hésitez pas à parler de votre problème autour de vous. Ainsi, votre entourage pourra en tenir compte, en tout cas, ils pourront essayer. Mais il est important que vous y travailliez aussi afin d’éviter que vous deveniez le (la) susceptible de service et qu’on vous isole réellement à cause de ce problème. Ce problème est avant tout le vôtre, pas celui de votre environnement.

Et si c’était vous qui vous trompiez ?

Pouvez-vous  lire dans la pensés des autres ?

Ne prenez pas le risque de vous isoler parce que vous êtes convaincu mieux savoir que l’autre parce que vous avez peur de ce qu’il pense de vous. Mieux savoir que l’autre, n’est ce pas un peu prétentieux?

Bien entendu il y a une multitude de raisons qui vous pousse à vous sentir visé. L’affaire est complexe car elle est causée par une multitude de facteurs uniques à chacun, d’expériences vécues et de sentiments.

Toutes les raisons seront probablement ressenties comme légitimes, mais jusqu’à quel point ?
J’insiste sur le mot « ressenti ». Ce qui ne veut pas dire « vérité ». Pour comprendre une vérité, pour qu’elle devienne une réalité, il faut faire « le tour  du problème » sous chaque angle. Seulement alors, votre ressenti pourra  devenir réalité ou s’avérer très subjectif et personnel. Seulement alors, vous comprendrez mieux. Votre point de vue, votre ressenti n’est que votre angle de vue rien qu’a vous. En prenant du recul, vous pourrez avoir une autre perspective de la situation.

Est-ce vraiment légitime que de penser que le monde entier veut votre malheur ou soit contre vous ? Pensez-vous que vous êtes au centre de toutes les conversations ? Peut-être faut-il viser vers un peu plus d’humilité, de simplicité. Il y a mille et un sujets de conversations.

Comme tout le monde vous avez des défauts, pas plus que d’autres !
Vous avez à un moment donné de votre vie fait des erreurs, vous avez peut-être aussi déçu vos collègues de travail, vous avez commis une bourde irréparable,… et alors ? Vous n’êtes pas le (la) seul(e) ! Tout le monde fait des erreurs et tous les jours! Et puis,… tout le monde parle de tout et de tout le monde dans les couloirs… C’est un fait de société, c’est « le jeu de la vie » non ? Ne restez pas fixé sur ce que peuvent penser les autres de vous : cela vous bloquera et limitera vos capacités, mais aussi votre bonheur de vivre librement. Peut-être qu’ils parlaient d’une émission de télé que vous n’avez pas vue… Et vous, vous vous faites du mauvais sang parce qu’ils parlaient peut-être du brochet que l’un avait pêché la veille. Tu parles d’un brochet !

Soyez francs avec les autres. Attention, franc ne veut pas dire « rustre ». Faites preuve de tact lorsque vous exprimez vos craintes ou vos appréhensions.  N’entrez pas en conflit parce que vous êtes convaincu d’avoir raison !

Acceptez ce que disent les autres. Ils disent probablement la vérité. Et si ce n’est pas le cas, considérez cela comme n’étant pas votre problème et que votre vie, elle, continue, quoi qu’ils pensent.

Acceptez aussi que certaines personnes veuillent parler de choses entre elles sans que vous soyez invité à prendre part à la conversation. C’est comme ça, on ne veut pas toujours parler de tout avec tout le monde non ? Cela vous arrive aussi. Cela ne veut pas dire qu’elles parlaient de vous.

En revanche, vous fréquentez une personne susceptible ?

Evitez d’engager des conflits, la personne va probablement se bloquer et encore plus se renfermer ou peut-être même se mettre en colère (qui est aussi une forme de fermeture au dialogue).

Aidez-le à nouer un dialogue et exprimez votre position, soyez sincère envers elle et dites-lui ce que vous pensez vraiment d’elle, énumérez les valeurs que vous voyez en elle.

Soyez franc. Une personne qui a du mal à interpréter une situation attend souvent de la franchise en retour. Donnez la lui, mais toujours avec tact et calme. Considérez cette personne comme ultra sensible, en quête de sincérité et de reconnaissance, sans la dénigrer.

Demandez-lui pourquoi elle est blessée et ce qui cause ce sentiment. En restant franc avec elle, vous construisez progressivement un lien de confiance qui va l’aider à sortir de ce marasme limitant.

Certains de nos modèles personnels du comportement limitent nos actions, nos pensées. Essayez de les identifier et de les transformer en force.

Pour vous accompagner dans ce processus, un professionnel peut vous aider à (re)découvrir des puissances profondément ancrées en vous ou de transformer vos limites en facultés!

Vous avez en tout en vous ! Il faut juste aller le chercher !

N’oubliez pas que dans les huîtres, on trouve des perles uniques et absolument fabuleuses ! Prenez le temps de l’ouvrir, vous risquez de découvrir un trésor dont vous n’imaginiez pas l’existence !

Je vous souhaite une belle journée optimiste et motivante !

SImplifiez-vous la vie et soyez heureux !

Michel POULAERT.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Aurélia 22/04/2011 01:23



Bonjour,


Etant une "huître" de première qualité, je vous remercie énormément pour cet article qui m'aide à voir où sont mes travers, et donc à pouvoir les travailler maintenant qu'ils sont identifiés.


 


En effet, je suis en quête constamment de vérité, de sincérité, de reconnaissance dans le regard de l'autre. Cet autre qui est si difficile à contenter. Alors l'espoir me vient du côté de
l'amour, de la personne que je chérie tous les jours car elle me fait du bien et qu'elle m'accepte comme je suis. Et, surtout, parce que cette personne a su ouvrir ma coquille et s'est aperçu que
je cachais une perle en moi qui ne demandais qu'à être offerte à quelqu'un.


 


Je ne pense pas qu'un jour je "guérirai" de ma "susceptibilité" car je fais partie des gens qui sont ultra-sensibles et qui ne demandent qu'un peu de douceur dans ce monde de brute.


Alors je tiens tout particulièrement à vous remercier d'avoir créer ce blog qui m'aide à apprendre à voir le bon côté de la vie, et merci tout particulièrement pour cet article si juste.


 


Au revoir,



jasmina 20/04/2011 13:14



Vous êtes vraiment excellent ; merci