Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Source d'Optimisme

Je n’ai jamais eu autant d’"amis" !

20 Avril 2011 , Rédigé par Sources d'Optimisme et de Réflexions Positives Publié dans #Articles bien être

facebook03.jpg« Se connecter à Internet, c'est y rencontrer des centaines de gens avec qui vous n'auriez jamais eu envie d'avoir quelque rapport que ce soit. »

Dave Barry

Il y a un paradoxe social qui me fait régulièrement réfléchir : celui des relations sociales qui nous poussent vers un isolement flagrant de la société alors qu’on cherche dans les réseaux sociaux plus de rencontres, plus de dialogues, plus d’amis, plus de nostalgie parfois aussi en cherchant nos anciens amis de vie. Nous n’avons jamais eu autant d’amis depuis qu’Internet nous propose les multiples réseaux sociaux et communautaires.
La preuve, vous lisez ces lignes, nous nous connaissons grâce à la Toile !

Alors, de temps à autres, il m’arrive de penser à ce que signifie pour moi le mot « ami » qui semble dénaturé aujourd’hui. Un « contact », c’est vite un « ami ». Quelqu’un qui vous parle, c’est aussi rapidement un « ami ». Sommes-nous en train de vivre une mutation de la définition du mot « ami » ?
A entendre certains ados, ils sont déjà convaincus que certains de leurs meilleurs amis sont ceux qu’ils ont collectionné sur MSN, Facebook et consorts. Sans parler des blogs où l’intimité à atteint les plafonds du voyeurisme… On dévoile tout, on entre virtuellement dans les coins les plus secrets des internautes, leurs chambres, leurs espaces privés, beaucoup cherchent ce qu’on appelle maintenant une « micro célébrité »…

De récentes études américaines sur les réseaux communautaires bouleversent quelque peu certaines idées reçues.
Selon eux, le phénomène ne modifierait ni le nombre ni la qualité des relations « physiques » et « affectives » fortes, mais permettrait d’activer des liens plus latents.

Permettent-ils de sortir de sa solitude ?
Ils apporteraient un certain soutient aux personnes souffrant psychologiquement de leur isolement amical ou de voisinage. D’autres affirment qu’elles favorisent les rencontres physiques.
On retrouve des amis d’enfance (je suis bien placé pour le dire, ça marche !), de la famille (tiens, ça me concerne aussi) et d’anciens amis (bon, ben je suis comme vous quoi, j’exploite ce merveilleux outil quoi !)

Nous avons tous nos raisons de nous retrouver sur Facebook ou d’autres sites communautaires. Ça a du bon, dans la mesure où nous en faisons bon usage et restions « maîtres de notre vie ». Ne pas devenir l’esclave de cet écran juste devant vous, c’est une des conditions d’un équilibre émotionnel et psychologique. Gardez-vous de tomber dans le piège addictif qui guète. On a vite fait de passer trop de temps en ligne et tomber dans un isolement que nous ne connaissions pas auparavant ! Sans parler du manque de sommeil, qui devient à son tour un autre nouveau « fléau » sociétal…
Il est vrai que recevoir des compliments de gens que nous ne connaissons pas caresse l’égo, et puis, ça fait du bien de recevoir de beaux commentaires, de participer à des discussions qui vous « boostent » ou tout simplement pouvoir se reconnaître dans les expériences des autres. Cela pourrait même avoir un effet thérapeutique de groupe. Pour ceux qui sont en quête de reconnaissance, ça devient une nouvelle motivation : on choisi ceux qui sont « gentils » avec nous et les autres, « zouh » on les bloque, on les largue. Néanmoins, attention à un autre revers de médaille : ne sélectionner que les gens qui vont dans votre sens, vous donnent toujours raison ou vous disent ce que vous voulez entendre… Là aussi, à force de ne recevoir que des compliments, nous risquons de quitter terre et ne plus nous mouvoir dans le monde réel, voire nous désociabiliser. Nous avons aussi besoin de gens autour de nous qui nous poussent à la réflexion par la critique constructive !

Comme pour tout dans la vie, retenez ce qui a de meilleur en chaque choses, sans excès et avec prudence. Il existe des loups déguisés en agneaux sur le Net, des prédateurs qui ne cherchent qu’une chose : vous déstabiliser, vous manipuler, vous ridiculiser, abuser de vous. Restez aussi vigilants que si vous le viviez en « vie réelle », ne vous laissez pas aveugler pas une avalanche de compliments et de gentilles attentions. Même si cela fait du bien à l’âme et que vous ne vous souvenez pas en avoir eu autant en plusieurs années.
En fait, les maîtres mots ici sont « modération »,  « prudence », « intégrité » et « sincérité ». Tous les excès nuisent à l’équilibre. C’est valable pour l’esprit comme pour notre soucis d’entretenir notre corps.

Gare donc à ne pas déconnecter du monde réel à l’avantage d’un monde virtuel !

Continuez à entretenir le cercle de vos « vrais » amis en chair et en os. Bon, d’accord, tous les internautes sont des êtres vivants aussi, mais vous avez bien compris ce que je veux dire : ne négligez pas les amitiés que vous avez construites au fil des ans. Ne négligez pas votre conjoint, vos enfants… Restez sur vos gardes : ne passez pas plus de temps en face de votre clavier qu’avec ceux que vous aimez ! L’Internet ne doit pas remplacer ce que vous avez déjà ! Faites un test simple de noter le temps réel que vous passez sur le Net et celui que vous passez avec votre époux, votre épouse, vos enfants,… Ne vous trompez pas de priorités !

L’Internet est un outil absolument fabuleux. La preuve, je viens de vous écrire un article rien que pour vous alors que nous nous sommes probablement pas (encore) rencontré. Ça aussi c’est magique. Nous nous rapprochons et apprenons à nous connaître, progressivement, au fil des jours, des semaines. Un lien se crée, vous lisez mes articles, beaucoup m’envoient des messages réconfortants et encourageants et cela me motive, me nourri, me fait grandir. Vous aussi, vous contribuez à ma croissance émotionnelle ! Il y a un échange et c’est gratifiant et édifiant. C’est un outil magnifique.

Je vous souhaite une belle journée !

Votre partenaire dans l’optimisme,

Michel POULAERT.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article