Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Source d'Optimisme

Métaphore : L'aigle et le cochon

18 Janvier 2011 , Rédigé par Sources d'Optimisme et de Réflexions Positives Publié dans #Métaphores

aigle 2Qu'est ce qui différencie l'aigle du cochon ?

 

L’aigle est un oiseau qui travaille aussi dur et aussi efficacement que n’importe quel autre animal ou oiseau dans son travail quotidien.

 

Il subvient à ses besoins et à celui de ses petits à "la sueur de son front", pour ainsi dire. Mais quand le travail de la journée est terminée et que l’aigle a du temps libre pour faire ce qu’il lui plait, observez comment il  occupe son temps de loisir : il vole au plus haut dans les cieux, étend ses ailes et se complait dans les hautes sphères car il aime l’atmosphère pure et les hauteurs. La vision de là haut est tellement plus large, vaste et semble infinie. Jamais on aurait cru voir autant d’étendue d’en bas.

 

Le cochon, lui, fouit, fouille et subvient aux besoins de ses petits tout aussi bien que l’aigle.

 

Mais quand les heures de travail sont terminées et qu’il a du temps libre, observez comment il passe son temps de loisir : il cherche l’endroit le plus boueux de la pâture et s’y roule jusqu’à se couvrir de boue car c’est ce qu’il aime. Sa vision se limite à son enclos, est limitée, mais cela lui convient, il est dans sa "zone de confort" et s’en complait. La saleté et  l’étroitesse sont son univers et il ne cherche pas à voir d’autres univers.

 

Nous pouvons choisir d’être des aigles ou des cochons pendant notre temps libre.

On ne peut discerner la personnalité de quelqu’un à la manière dont il accompli son travail quotidien. Mais observez-le quand son travail est terminé, voyez où il va, notez ses fréquentations et ce qu’il fait quand il fait ce qui lui plait.

Alors, vous connaîtrez sa véritable personnalité.

Si vous vous reconnaissez dans cette métaphore, j’espère que vous vous reconnaissez dans l’aigle.

Si ce n’est pas le cas, je vous encourage à sentir les ailes pousser dans le dos et vous propulser dans les airs pour sortir de votre marasme qui limite tous vos beaux potentiels !

 

Je vous souhaite une belle journée bien haut dans les airs !

 

Votre serviteur dans l’optimisme,

 

Michel POULAERT.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Cochonfucius 06/05/2011 17:48



Un aigle à un cochon inculquait sa morale.
"Compagnon, quand le jour m'accorde du loisir,
Je chevauche le vent, je m'élève à plaisir,
J'admire la lumière australe et boréale ;

Mais toi, vautré toujours dans l'humide et le sale,
Ainsi qu'un fruit trop mûr tu te laisses croupir...
Quand je pense à cela, il me vient un soupir."
"Allons, dit le cochon, ma personne est vassale

Et vers le firmament ne prend pas son essor ;
Mais tu ne devrais pas t'inquiéter de mon sort,
Ni pleurer mes malheurs aux accents de ta lyre.

L'homme est mon protecteur. Paisible est mon esprit,
L'homme abrite mon corps, me lave, me nourrit,
Et, pour mon dernier jour, m'accorde le martyre!"


 



Ecosyl 20/01/2011 10:18



Malheureusement, cette métaphore parle différemment aux humains, selon l'image qu'ils ont de ces animaux. Il est toujours difficile de passer par-dessus ses préjugés. Personnellement, je vois
dans l'aigle un superprédateur qui profite de la faiblesse du reste du règne animal, et vit solitaire dans ses hauteurs inatteignables.


Le cochon, quant à lui, est un animal créé par l'homme pour transformer les déchets en viande, et il s'acquitte très bien de cette mission. Le "vrai" animal sauvage dont il descend, le sanglier,
est tellement bien adapté à son environnement qu'on n'a jamais réussi à l'éliminer, malgré tous les dégâts qu'il fait. A la fois discret et impressionnant, féroce et maternel, c'est le monstre
secret des hôtes de nos bois.


Pour résumer, donc, cette métaphore ne me "touche" pas, même si je la comprends: pour voir qui est vraiment un être humain, il faut voir ce qu'il fait quand il n'a rien d'autre à faire... Et
c'est précisément le sujet de ma profonde remise en question en ce moment!



andiroufik 19/01/2011 10:57



la personnalité se batit à bien des égards avec le temps , en ce sens chaque personne peut vaquer à ses occupations dans son propre milieu ; il s'agit de la loi de la nature et on ne peut pas
changer le bourricot en cheval ni le sanglier en porc .Tout bien considéré ta métaphore est incohérente du point de vue philosophique mais je te donne le crédit pour cet effort .



Michel POULAERT 18/01/2011 16:14



"L’aigle est un oiseau qui travaille aussi dur et aussi efficacement que n’importe quel autre animal ou
oiseau dans son travail quotidien."

La métaphore le dit bien ...



Michel POULAERT 18/01/2011 16:07



Cher PanurgePhobe,


L'histoire ne tente pas de dénigrer quelque activité que ce soit, ni qui que ce soit. Elle tente d'exprimer un processus, elle ne condamne pas le
comportement "passe-temps". Il est question ici de sortir de ses zones de confort qui, souvent, nous empêchent d'avancer ou de voir au delà d'un point marqué.
Bien entendu il y a des gens qui se plaisent dans "la boue" et qui y retournent. En revanche, nous tentons par la métaphore d'exprimer une idée valorisante : visons haut

Une métaphore se prend au deuxième voire troisième degré



PanurgePhobe 18/01/2011 15:40


J'aime pas cette histoire, pourquoi les passse-temps du cochon seraient-ils moins bien que ceux de l'aigle. Ce n'est pas parce que l'on ne nait pas avec des ailes, qu'il faut passer sa vie à en
rever ou en etre jaloux. Il faut respecter les facon de vivre de chacun, meme si nous ferions différemment. Si le cochon se plait dans la boue (ce qui est par ailleurs faux, c'est une idée recut,
il prefère grandement quand on lui change sa litiaire) et bien c'est ce qu'il y a de mieux pour lui pour s'épanouir.