aigle 2Qu'est ce qui différencie l'aigle du cochon ?

 

L’aigle est un oiseau qui travaille aussi dur et aussi efficacement que n’importe quel autre animal ou oiseau dans son travail quotidien.

 

Il subvient à ses besoins et à celui de ses petits à "la sueur de son front", pour ainsi dire. Mais quand le travail de la journée est terminée et que l’aigle a du temps libre pour faire ce qu’il lui plait, observez comment il  occupe son temps de loisir : il vole au plus haut dans les cieux, étend ses ailes et se complait dans les hautes sphères car il aime l’atmosphère pure et les hauteurs. La vision de là haut est tellement plus large, vaste et semble infinie. Jamais on aurait cru voir autant d’étendue d’en bas.

 

Le cochon, lui, fouit, fouille et subvient aux besoins de ses petits tout aussi bien que l’aigle.

 

Mais quand les heures de travail sont terminées et qu’il a du temps libre, observez comment il passe son temps de loisir : il cherche l’endroit le plus boueux de la pâture et s’y roule jusqu’à se couvrir de boue car c’est ce qu’il aime. Sa vision se limite à son enclos, est limitée, mais cela lui convient, il est dans sa "zone de confort" et s’en complait. La saleté et  l’étroitesse sont son univers et il ne cherche pas à voir d’autres univers.

 

Nous pouvons choisir d’être des aigles ou des cochons pendant notre temps libre.

On ne peut discerner la personnalité de quelqu’un à la manière dont il accompli son travail quotidien. Mais observez-le quand son travail est terminé, voyez où il va, notez ses fréquentations et ce qu’il fait quand il fait ce qui lui plait.

Alors, vous connaîtrez sa véritable personnalité.

Si vous vous reconnaissez dans cette métaphore, j’espère que vous vous reconnaissez dans l’aigle.

Si ce n’est pas le cas, je vous encourage à sentir les ailes pousser dans le dos et vous propulser dans les airs pour sortir de votre marasme qui limite tous vos beaux potentiels !

 

Je vous souhaite une belle journée bien haut dans les airs !

 

Votre serviteur dans l’optimisme,

 

Michel POULAERT.

 

Retour à l'accueil