Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Source d'Optimisme

Quand la critique est facile... Pensez à l'arc-en-ciel !

22 Juillet 2014 , Rédigé par Michel POULAERT Publié dans #Articles bien être

Arc-en-ciel-Michel-POULAERT.jpgLa vie est un arc-en-ciel ! Vous savez pourquoi ?

Avant de vous le dévoiler, je vous propose de trouver le personnage mystère ci-dessous.
Tous les indices sont basés sur des faits réels.


Il naît dans une famille pauvre sur l’île de Madère.

Il n’a jamais bu d’alcool parce qu’il a vu la douleur que cela a causé à son père alcoolique qui meurt d’une maladie du foie. Il n’a alors que 20 ans.

Il n’a pas de tatouage pour pouvoir continuer à donner son sang deux fois par an. En effet, les encres polluent le sang et ce pendant plusieurs mois qui suivent la « décoration du corps ».

A 18 ans il empoche 15 millions d’euros pour son premier contrat.

A 19 ans il joue une finale de l’Euro. 

Parfois perçu comme arrogant et sûr de lui, il aide les plus démunis et montre une facette inconnue de son personnage.
 

Les médias ne s’emparent que de ses prestations sportives. Néanmoins celui qui prend la peine de chercher un peu plus loin fera toujours des découvertes inattendues :

En dehors du tourbillon médiatique qui fait rage autour de ses prestations sportives, il a mis aux enchères son Soulier d’or en 2012 et a fait un don de 1,5 millions d’euros aux enfants de Gaza pour le développement de l’éducation scolaire.

L’année précédente, le Portugais, qui s’était déjà rendu à plusieurs reprises dans la ville placée sous l’Autorité palestinienne, a offert ses chaussures de football à une fondation qui les a vendues aux enchères 2400 euros. Cet argent a été ensuite reversé aux écoles de la Bande de Gaza.

Il n’en est pas à son premier coup d’essai, son altruisme s’est répandu dans 167 écoles de 66 pays !

En 2010, il a réuni en urgence plusieurs footballeurs de renom dans le but de récolter des fonds visant la reconstruction de l’île de Madère, alors touchée par des inondations.

Plus tôt encore, en 2008, il est l’initiateur d’une levée de fonds pour l’Afrique souffrant de famine. Cette année là, il crée sa fondation : « Save the Children » (Sauvez les Enfants).

Il est l'un des joueurs les plus prodigieux du moment, mais aussi l’un des plus décriés pour son arrogance « apparente ». Sa fortune et son talent dérangent… Jusqu’à ce que l’on prend la peine de chercher plus loin que ce que les médias nous rapporte.

Il n'a jamais abandonné et a réalisé le rêve de son père en devenant le meilleur joueur du monde en 2008.

Cet homme, c’est Cristiano Ronaldo. Vous y attendiez-vous ?

Quel est le rapport avec l’arc-en-ciel dont je faisais mention en introduction ?

Nous serons probablement tous d’accord pour dire qu’un arc-en-ciel est l’un des phénomènes optiques naturel des plus admirés. Il contient une infinité de couleurs, elles sont toutes liées, mais pour nous « faciliter » la tâche, nous ne distinguons que 7 couleurs  significatives. Est-ce que cela veut dire que toutes les autres intermédiaires n’existent pas ? Non, bien sûr ! Et parfois, lorsque l’on se concentre, on distingue une infinité d’autres couleurs et variantes. Mais, pour les voir, il faut faire un effort : il faut se concentrer.

La relation que nous entretenons avec les gens que nous côtoyons ressemble à un arc-en-ciel : nous voyons souvent ce qui attire notre attention, sans que nous cherchions à approfondir. On se fait une « idée globale » de la personne. Et puis, d’une idée globale, on la juge avec les éléments, repères et les informations que nous avons en notre possession. Souvent des éléments extérieurs d’ailleurs : des signes distinctifs, un défaut physique, un manque de « style », une élocution approximative, une timidité débordante,… vous savez sur quoi nous basons nos premiers jugements, nous en faisons tous.

Il faut faire un réel effort pour tenter d’apprendre à connaître une personne. Mais ça, ça fatigue et c’est moins « marrant »… ais-je même entendu dire…

Soyons prudents lorsque nous portons un jugement ou que vous n’entendez qu’un seul « son de cloche ». Laissons-nous nous étonner de ce que les autres sont réellement !

Nous avons la critique facile. Nous ne sommes pas objectifs, nous pensons l’être, mais c’est quasi impossible. Alors on ne regarde que ce que nous voyons en surface, on se fait une image « globale », on « simplifie » et on « tranche ».

Combien de riches ou de gens talentueux se font critiquer pour ce qu’ils ont accompli. Leur succès dérange et fait des jaloux, disons-le.

Qui d’entre nous prend le temps d’approfondir leur vie pour constater que ces réussites sont les résultats de leurs efforts, de prises de risques, d’adversités, d’échecs à répétitions, de dettes, de leur persévérance, de leur foi, de travail sur plusieurs années,…

On se contente de regarder un « état » de l’instant « T » et on se dit : « regarde comme ce gars est bourré aux as ! » et on ne voit que les signes extérieurs de richesse.

D’autres fois on se dit qu’ils sont bien chanceux, que la vie leur a sourit… Ah bon ?

Le pensez-vous vraiment ?  

La seule référence que nous avons, c’est notre propre vie, notre propre bagage émotionnel, nos expériences. Autour de ce « cadre de référence », nous créons notre vision du monde. Votre vie est-elle celle de votre voisin ? de votre sœur ? de votre patron ? de l’artiste ?

Pensez-vous que la vie les épargnés des adversités et des déceptions ? Non.

Cependant leur force est simple : ils sont capables de rebondir et continuer encore et encore et de donner un sens positif à ce qui leur arrive. Ils croient en leurs rêves, ils croient en eux en s’en donnent les moyens, ils trouvent toujours des solutions à leurs problèmes et font preuve de créativité débordante pour arriver à réaliser leur vision. Cela s’appelle « l’optimisme ».

Tout comme vous, ils font face aux difficultés de la vie.

Vous menez votre propre « guerre », eux aussi.

La victoire ou la défaite, c’est une question d’état d’esprit et d’attitude.

Les attitudes face aux épreuves font toute la différence.

Et puis, réalisons ceci : que nous choisissions une vie exemplaire ou de la subir, nous serons toujours critiqués, nous ne pouvons jamais satisfaire notre entourage ni attendre d’eux qu’ils vont nous glorifier. Alors, tant qu’à faire, vivez votre vie du mieux que vous le pouvez ! Et surtout… croyez en vous, ne vous mettez pas de freins. Les autres s’en occuperont pour vous (LOL)

Votre partenaire dans l’optimisme,

Michel POULAERT

Partager cet article

Commenter cet article