Source d'Optimisme

Une lettre d'un père à son fils

9 Décembre 2011 , Rédigé par Sources d'Optimisme et de Réflexions Positives Publié dans #Histoires inspirantes

Stylo.jpgUn jour , tu me verras vieux : si je me salis quand je mange et ne parviens plus à m'habiller…prends patience, souviens-toi du temps que j'ai pris à te l'apprendre.

Si quand je parle avec toi, je répète sans cesse les mêmes choses...ne m'interromps pas, écoute moi car quand tu étais petit, je devais te raconter chaque soir la même histoire pour que tu t'endormes.

Quand je ne veux pas me laver, ne me blâmes pas et ne me fais pas avoir honte... souviens toi quand je devais courir derrière toi en inventant des excuses parce que tu ne voulais pas prendre ton bain.

Quand tu constates mon ignorance des nouvelles technologies, donne-moi le temps nécessaire et ne me regardes pas avec ce petit sourire ironique, j'ai eu toute la patience à t'apprendre l'ABC; quand à un certain moment, je ne parviens plus à me souvenir ou je perd le fil de ma phrase... donne moi le temps nécessaire pour me le rappeler et si je n'y parviens pas, ne t'énerves pas... la chose la plus importante n'est pas ce que je dis mais le besoin d'être avec toi et que tu m'écoutes.

Quand mes jambes fatiguées ne parviennent plus à soutenir ta cadence, ne me traite pas comme si j'étais un poids, viens vers moi et tiens moi fort comme je l'ai fait quand tu faisais tes premiers pas.

Quand je dis que je voudrais être mort... ne te fâche pas car un jour tu comprendras ce qui me pousse à le dire. Essaye de comprendre qu'à mon âge on ne vit pas, on survit. Un jour tu comprendras que malgré mes erreurs, j'ai toujours voulu le meilleur pour toi et que j'ai tenté de t'aplanir la route.

Donne moi un peu de ton temps, donne moi un peu de ta patience, donne moi une épaule sur laquelle je peux appuyer ma tête de la même façon que je l'ai fait pour toi.

Aide moi à faire mon chemin aide moi à finir mes jours avec amour et patience et en échange, je rendrai un sourire et l'immense amour que j'ai toujours eu pour toi. Je t'aime mon fils.

Par Michèle Merken

Partager cet article

Commenter cet article