bougies1.jpgQuatre bougies brûlaient lentement. Il régnait un tel silence que l’on pouvait entendre leur conversation.

La première dit « Je suis la Paix ! Cependant, personne n’arrive à me maintenir allumée… je crois bien que je vais m’éteindre… »

Sa flamme diminua peu à peu, et disparut.

 

La seconde dit « Je suis la Foi ! Mais dorénavant, le monde pense que je ne suis plus indispensable… Ca n’a pas de sens que je reste allumée plus longtemps ! »

Et sitôt qu’elle eut fini de parler, une brise légère souffla sur elle et l’éteignit.

 

La troisième bougie se manifesta à son tour « Je suis l’Amour ! Mais je n’ai plus de force pour rester allumée. Les gens me laissent de côté et ne comprennent pas mon importance. Ils oublient même d’aimer ceux qui sont proches d’eux… »

Et sans un bruit, elle s’effaça à son tour.

 

Alors entra un enfant, qui vit les trois bougies éteintes.

« Mais pourquoi avez-vous cessé de brûler ? Vous deviez rester allumées jusqu’à la fin ! »

Et une larme glissa le long de sa joue…

 

Alors la quatrième bougie murmura « N’aies pas peur. Tant que j’ai ma flamme, nous pourrons rallumer les autres bougies. Je suis l’Espérance ! »

 

Alors, les yeux brillants, l’enfant prit la bougie de l’Espérance et ralluma les trois autres.

 

Réflexion :

 

S'il y a bien une qualité dont nous avons besoin, c'est l'espérance.

 

Perdre l'espoir fait perdre la vision d'un futur meilleur, décourage, angoisse, on se replie sur nous-mêmes, pousse vers l'immobilisme et mène vers des comportements dépressifs.

Fixer son regard sur tous les événements négatifs nous entraine inévitablement vers le pessimisme. Certaines personnes, dégoûtés de ce pessimisme ambiant ont décidé de moins regarder la télévision ou de moins se laisser entraîner par les médias. Chacun gère cette situation sociale à sa façon, tant que votre technique vous protège du pessimisme ambiant, elle sera bonne.

 

Attention au revers de la médaille : s'isoler du monde n'est pas une solution pérenne ! Vous risquez de vous aliéner de la société, ce qui ne doit pas arriver non plus. Le secret réside dans l'attitude dans laquelle vous vous trouver. C'est cette dernière qui vous aidera à appréhender les événements sous un angle positif. L'isolement complet entraîne à son tour des dépressions. Ce n'est pas ce que l’on cherche ici !

 

Si nous considérons un instant que le pessimisme est contagieux, ne négligeons pas qu'il en est de même pour l'optimisme. S'inspirer d'histoires de vie exemplaires et admirables qui nourrissent l'âme et l'espérance aident à trouver de l’optimisme : l’attitude tente d’aller vers le « c’est possible ! ». Si vous n’y arrivez pas, sachez que c’est possible ! Personne ne peut changer la situation du monde, mais chacun, individuellement, a le pouvoir d'en faire ce qu'il décide.

 

Toute expérience, aussi négative puisse-t-elle être, a toujours un coté positif. C'est un exercice absolument vital qui n'est pas impossible à pratiquer. Cela demande plus d'efforts, oui, mais quelle maturité d'esprit que d'y arriver !

 

A défaut de changer l'état de la société, de votre entourage ou de l'économie, nous pouvons tous changer nos états d'esprits.

 

Gardez espoir, inspirez-vous des belles expériences. Inspirez-vous de gens qui restent optimistes et demandez-leur comment ils y arrivent. Cherchez-les. Cela demande de l'effort, mais le résultat en vaut « la chandelle ».

 

Ne cessez pas de rire, qui comme le pessimisme, est contagieux et s'avère être un antidépresseur fantastique ! Rallumez toutes les autres flammes, ne vous laissez pas éteindre par quelque événement que ce soit : essayez de lui donner une signification positive et constructive.

 

Ne laissez pas éteindre la flamme de l'espérance qui est en vous !

 

Votre partenaire dans l’optimisme,

 

Michel POULAERT.

Retour à l'accueil